Discussion sur les crises

trap&aste

Figure 29: Recensement des extinctions en masse d’espèces, des impacts de météorites et des épisodes de volcanisme important (in AL Chenet 2006, d’après Keller 2005). Certaines des extinctions de masse sont corrélées à la fois avec un impact et la mise en place d’une grande province basaltique.

Comment retrouver LE coupable? Pas si élémentaire que ça, mon cher Watson...

Il est difficile d'imaginer pouvoir trouver la cause unique d'une crise biologique (figure 30). Les spécialistes s'accordent de plus en plus sur le fait que la recherche sur les causes des crises biologiques s'apparente un peu à l'enquête concernant "le crime de l'Orient Express" (célèbre roman d'Agatha Christie). Dans ce roman, les investigations d'Hercule Poirot sur un homicide révèlent que la victime est morte de douze coups de poignards donnés par douze personnes différentes... Sans doute est-ce ainsi qu'il faut envisager une crise biologique et ses causes : de multiples atteintes portées à la biodiversité et provenant de différents acteurs.

Selon Twitchett, c'est avant tout le climat et ses variations (entraînant des variations de l'environnement) qui est à chaque fois responsable des extinctions de masse. Météorites, volcanisme, tectonique des plaques en seraient les causes premières (voir figure 29), et sont à étudier pour l'effet qu'elles peuvent avoir sur le climat et les différents types d'environnement.

Climats et environnements ne varient pas de manière uniforme sous l'effet de ces changements. Par exemple, certains milieux vont se trouver affectés de profonds changements alors que d'autres se trouveront inchangés. Ainsi, les préférences écologiques des organismes constituent un facteur essentiel de la séléctivité des crises (voir Les crocodiles plus forts que les dinosaures ?). Les groupes qui survivent aux crises ne doivent d'ailleurs pas leur survie au fait qu'ils soient plus évolués ou mieux adaptés que d'autres (comme cela a trop été évoqué par le passé), mais au fait que la contingence des changements environnementaux les ait, par chance, favorisés (lire à ce sujet "La vie est belle" de Stephen Jay Gould)... Ils ont eu de la chance !

Il est possible de s'inspirer de phénomènes d'extinction observés actuellement pour avoir en tête quelques exemples concrets. Ainsi, un accès réduit à la nourriture (ex: rareté des proies), un changement de milieu ne correspondant plus aux tolérances d'un organisme (ex: changement de salinité ou température des eaux marines), la disparition d'un milieu de prédilection (ex: si les forêts de bambous venaient à disparaître, le mangeur exclusif de ces feuillages qu'est le panda se verrait probablement condamné à l'extinction) sont autant de causes directes potentielles de l'extinction d'espèces.

nemessis

Figure 30: Dessin humoristique (GB) : contrairement aux enquêtes judiciaires actuelles, les paléontologues n'ont pas accès à des indices comme les empreintes du coupable ou des dénonciations (le dessin fait ici allusion à un indice écrit controversé concernant le célèbre procès du jardinier Omar Raddad en France dans les années 1990 pour le meurtre de Ghislaine Marchal). Pour la définition de Nemesis, voir L'affaire Nemesis.

La recherche des causes d'une extinction passée est toujours délicate. En paléontologie, on ne peut pas faire appel à un médecin légiste pour déterminer les causes directes de la mort. Ce travail s'apparente en fait plus à celui d'un détective mais avec des indices quasi inexistants (Figure 30) ! C'est pourquoi les spécialistes utilisent la contemporanéité d'un évènement majeur (volcanisme, chute du niveau marin...) avec une crise et les effets possibles de cet évènement sur la biodiversité pour essayer de soutenir leurs hypothèses. Concernant ces dernières, les spécialistes peuvent seulement montrer qu'elles ne sont pas adéquates. Ainsi, les meilleures explications actuelles des crises ne sont guère que des hypothèses qui n'ont pas encore été détruites... Ainsi va la science.

Lire la suite (et fin): Et après? L'Homme fait sa crise!

Retour accueil
Auteurs : Guillaume Billet et Benjamin Bonnefoy, dans le cadre du monitorat MNHN 2006-2007
Sous la direction de Patrick De Wever, Professeur, MNHN
Pour l'illustration, nous avons bénéficié du savoir-faire d'Agathe (Evelyne Cambreleng, MNHN)
Optimisé pour Mozilla Firefox.