C. Prévost oppose les formations marines présentes dans la partie septentrionale du bassin parisien aux formations d'eau douce qui leur correspondent au Sud. D'après Prévost, 1835.